Saint Vincent et les Grenadines

Saint Vincent et les Grenadines est un état indépendant des Petites Antilles. Il se compose de deux îles “principales” : Saint Vincent et Grenade, se trouvant respectivement à l’extrême nord et à l’extrême sud du pays. Entre les deux, se trouve une série de petites îles du nord au sud : Bequia (prononcer Béqwoué), l’île à quatre, Baliceaux, Mustique (l’île privée de toutes les stars comme Mike Jagger), Canouan, Mayreau, Les Tobago Cays, Union et Carriacou. Mais c’est en réalité deux états séparés, l’un comprenant Saint Vincent jusqu’à Union, l’autre Grenade, Carriacou et autres petites dépendances.

Parmi ce chapelet d’îles, nous n’avons visité que : Saint Vincent, Bequia, Mayreau, les Tobago Cays et Union (Chatham Bay) qui sera le point le plus sud de notre année en mer !

Je vais raconter cette petite virée dans les Grenadines dans l’ordre, même si…. entre nous, j’aurais pu vous résumer nos 15 jours : en gros, on a passé 50% de la journée dans l’eau ou à s’amuser sur les plages avec nos copains !

Alors, nous sommes arrivés à Bequia directement depuis le carénage. Levée de l’ancre à 4h du matin et navigation tranquille en début de matinée le long des côtes de Sainte Lucie. Le vent monte d’un coup dans le canal avant St Vincent, on gîte fort mais avec 2 ris trinquette, ça le fait ! On passe devant St Vincent et la fameuse baie où s’est tourné le film Pirates des Caraïbes, mais pas de Black Pearl à l’horizon…

C’est lors de notre bord d’entrée sous 30 nœuds de vent que nous avions rencontré notre fameux photographe de l’extrême !  Dès l’entrée de la baie d’Admiralty Bay, un boat boy, vient nous amener à une bouée. Ici, il y a plein de petits bateaux qui proposent des services aux plaisanciers au mouillage : plein d’eau, essence, livraison de pain frais, langouste, et même lessive… Pratique quand on va de mouillage en mouillage ! Papa craque – vous vous en doutez – et achète 2 belles langoustes. Moi, j’ai gouté mais j’adore pas !

Bequia est une petite île toute en longueur à tout juste 5 milles au sud de Saint Vincent. Toute l’île est centrée sur sa grande baie et donc sur sa seule et unique ville : nombreux petits vendeurs de fruits et légumes et d’artisanat, un marché tenu par des rasta sympas,  et de nombreux cafés et restaurants le long d’une grande promenade en bois. On sent que les gens vivent paisiblement, d’ailleurs, ils ont une philosophie sympa à laquelle on a tout de suite adhéré sur des Tshirts : Sail fast, live slow !

Après une nuit tranquille, papa file faire les clearances d’entrée (c’est une formalité obligatoire à chaque fois qu’on entre dans un nouvel état, en gros paye une taxe et on remplit un papier avec tous nos numéros de passeports et même la carte d’identité de Bagatelle) et nous filons rejoindre nos copains de Belorc’h à Mayreau en se promettant d’y revenir y passer plus de temps en remontant.

Salt Whistle Bay est la baie se situant au nord de l’île. Endroit paradisiaque par excellence : l’eau y est turquoise avec une langue de sable blanc et quelques cocotiers qui ondulent au vent…

A peine l’ancre jetée, nous sautons dans l’annexe de nos amis de Belorc’h.  Le mouillage à tout pour être super mais, comme nous ne sommes pas les seuls à aimer les coins de paradis, il est très prisé et donc très encombré !  Ajoutez à cela quelques rafales, et cela rend les conditions de mouillage assez difficiles. Nous sommes restés trois jours à nous la couler douce en alternant : école, baignade du bateau et apéro sur la plage… Oui, je sais, c’est la belle vie !

Après Mayreau, on file à Union, plus précisément à Chatham bay dans l’ouest de l’île. On retrouve un autre bateau de copains, Callinago. Les falaises qui entourent la baie sont très jolies mais, ce découpage géologique crée de très fortes rafales instantanées et extrêmement localisées, par exemple : nous pouvons avoir une rafale alors que Belorch à 20 m ne l’a pas !! Du coup tous les bateaux tournent dans tout les sens et ce n’est toujours pas un mouillage très serein pour le capitaine, ni pour maman qui s’agace quand ça tire sur la chaine … On part en annexe pour notre 1er snorkeling le long des rochers : on nage au milieu d’énormes bancs de poissons argentés, et quelques poissons perroquet.

Ensuite, on part tous ensemble pour les Tobago Cays. Une navigation à 3 bateaux, c’est sympa, et j’en profite pour essayer le catamaran de mes copains Belorc’h. Ça change du monocoque : sur la catamaran, on ne gîte pas, même au près, mais ça tape un peu ! J’étais content d’essayer avec eux.

Arrivés aux Tobago Cays, on n’est pas déçu ! On en rêvait depuis longtemps en regardant les guides et des petites têtes de tortues pointent leur nez autour de nous … mais je n’en rajoute pas, Emile vous en a déjà fait l’article !  😉

Après 7 jours dans ce coin de paradis, il faut arracher maman à son snorkeling quotidien pour remonter doucement vers la Guadeloupe. Cette fois, on accueille Yvan puis Maëlle à bord de Bagatelle. On repasse à Bequia que nous avions aimé avec Belorc’h et on y retrouve les amis de Shamrock.

On sait bien qu’avec notre programme plus ambitieux et New York en ligne de mire, on ne croisera plus Shamrock alors on profite d’une belle soirée sur Bagatelle avec  Emmanuel qui sort sa guitare ! Bon vent, les amis, on se reverra de l’autre côté de l’océan..

Ensuite halte à Blue Lagoon sur la côte de St Vincent pour faire notre « sortie » (toujours ces clearances, on se déclare qu’on arrive mais aussi quand on sort…) et Marigot Bay à Ste Lucie pour couper la route. Influence américaine sans doute, les marinas sont plus qu’une structure d’accueil pour les bateaux : complexe hôtelier avec même piscine et d’énormes yachts au ponton. Pas désagréable de plonger dans une grande piscine haricot avec transats à disposition mais étrange, surtout quand on sait qu’à quelques mètres, les village de pêcheurs sont pauvres… Le site est beau, le mouillage est entouré de mangrove et la nuit est super calme, mais c’est pas l’ambiance qu’on préfère et on n’y reste qu’une nuit. C’est aussi notre dernière soirée avec Belorc’h à qui on donne rendez-vous aux Açores. Pincement au cœur et dîner tous ensemble sur Bagatelle. Bon vent les amis !

 

5 réflexions sur “Saint Vincent et les Grenadines

  1. Il semble qu’il y a erreur. Le drapeau sur la photo est celui de Sainte Lucie et non pas celui des Grenadine. Dixit Nathan. Du coup le gage est que les 2 langoustes, vous devez nous les envoyer à Montreuil. Vous connaissez l’adresse…ah ah.

    Envoyé de mon iPhone

    >

    J'aime

    1. Bien vu Nathan !!
      Mais nous n’avions pas la bonne photo et c’était pour voir si il y en a qui suivent…😊
      Pour les Langoustes, elles ne sont plus en très bonne forme à l’heure qu’il est, mais je peux faire livrer des bons sushis de la rue de l’Eglise…??? Dites moi

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s